VOTE | 193 fans

#105 : Crash


Résumé : Amanda a disparu sans prévenir, ce qui inquiète Olivia, et ce d’autant plus que Huck repère un visage familier dans les vidéos de surveillance du quartier, qui laisse peu d’espoir de retrouver Amanda Tanner vivante.

Pendant ce temps, son équipe défend la mémoire d'une femme pilote, désignée par tous comme l'unique responsable du crash de son avion...

Photos promotionnelles | Captures

Popularité


4.44 - 9 votes

Titre VO
Crash And Burn

Titre VF
Crash

Première diffusion
03.05.2012

Première diffusion en France
11.04.2013

Vidéos

Promo 1x05

Promo 1x05

  

Sneak Peek 1 - Olivia, Harrison, Stephen, Abby, & Huck

Sneak Peek 1 - Olivia, Harrison, Stephen, Abby, & Huck

  

Diffusions

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Mardi 08.07.2014 à 20:50
2.28m / 9.6% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Jeudi 03.05.2012 à 22:00
6.69m / 1.9% (18-49)

Plus de détails

Scénario : Mark Wilding - Réalisation : Steve Robin

Guest-stars : Joshua Malina (David), Bellamy Young (Mellie Grant), Kate Burton (Vice President Sally Langston), Matt Letscher (Billy Chambers), Liza Weil (Amanda Tanner), Graham Beckel (Hank Tanner), Brendan Hines (Gideon Wallace), Darren Pettite (Andrew Mackelson)

-- BUREAU D'OLIVIA POPE ET ASSOCIES --

- Affaire Lori Mackelson / crash d’avion

Le crash de l'avionQuinn rejoint Harrison sur les lieux d’un crash d’avion. Olivia les rejoint ensuite à la conférence de presse. La compagnie met subtilement la faute sur la pilote, Lori Mackelson.

Toute l’équipe est invitée à écouter les enregistrements de la boite noire. Le mari demande à Olivia de prouver l’innocence de sa femme. Il l’informe toutefois qu’elle était sobre depuis 20ans.

Abby interroge Carly Reston, un membre de l’équipage dont Lori a pris la place, car la jeune femme avait bu. Or, Lori, elle, n’avait pas bu une seule goutte d’alcool.

Stephen, lui, met la main sur le rapport mécanique de l’avion, et s’aperçoit que les deux derniers carnets d’entretien sont strictement identiques : le dernier rapport est falsifié, et les enregistrements prouvent en fait que Lori a fait tout ce qu’elle pouvait pour stabiliser l’avion.

La compagnie aérienne est convoquée au bureau d’Olivia, et cette dernière leur expose clairement ce qu’elle pense : la compagnie a souhaité faire des économies sur l’entretien d’un avion, ce qui a malheureusement entrainé le crash. L’entreprise dément véhément et ébranle les certitudes de tous.

En réalité, c’est une employée qui a voulu finir plus tôt pour assister au concert de sa fille, et qui a donc dupliqué le rapport, ce qui a entrainé son autorisation de vol.

 

- L’Affaire Amanda Tanner

Toute l'équipe passe l'appartement d'Olivia au peigne fin pour trouver des indices sur la disparition d'Amanda TannerAmanda a disparu : toute l’équipe passe l’appartement d’Olivia au peigne fin pour trouver des indices sur sa disparition, mais il n’y a aucune trace d’effraction. De nombreux indices laissent penser à Huck qu’Amanda est morte.

Olivia se rend chez David Rosen, le Substitut du Procureur, pour lui demander de l’aide. Celui-ci finit par apprendre qu’Amanda avait déjà tenté de se suicider, et qu’elle travaillait à la Maison Blanche. Olivia refuse de lui en dire plus.

Huck torture Charlie pour découvrir où est le corps d'Amanda TannerHuck questionne Charlie, dont il pense visiblement qu’il est lié à la disparition d’Amanda, car il figure sur les vidéos autour de l’appartement. Charlie dément. Cela conforte Huck dans ses convictions. Olivia fait passer un message à la Maison Blanche.

Elle demande à Huck de retrouver le corps d’Amanda. Huck accepte, mais tous deux semblent savoir ce qu’il peut en coûter. Il retrouve Charlie dans son appartement, et le torture. On apprend ainsi que c’était le passé de Huck, et qu’il avait réussi à s’émanciper de cette véritable addiction. En réalité, il a peur de reprendre du plaisir à torturer Charlie, et le supplie d’avouer la vérité avant.

Le corps d'Amanda Tanner, repêché dans la rivièreCela lui permet toutefois d’indiquer à Olivia et à David Rosen où le corps d’Amanda se trouve : au fond de la rivière.

Le corps est repêché devant toute l’équipe, David Rosen ainsi que le père d'Amanda Tanner.

 

-- A LA MAISON BLANCHE --

- Le D.R.E.A.M. Act

Cyrus veut profiter du crash d'avion pour faire passer le DREAM ActFitz vient à peine de faire un discours à la mémoire du Sénateur Sanchez disparu dans le crash d’avion que Cyrus veut récupérer l’évènement pour faire passer le Dream Act. Cyrus charge Chambers de convaincre la Vice Présidente de voter en faveur de cette loi, qui vise à donner la citoyenneté américaine aux enfants immigrés ayant obtenu de très bons résultats scolaires, et dont les parents sont entrés illégalement aux Etats-Unis.

Partis avec un handicap qui leur était défavorable, l’équipe de Fitz remonte aux points, jusqu’à revenir à égalité en termes de vote. Désormais, celui de Sally Langston, la Vice Présidente, sera décisif. Mais Billy Chambers n’a toujours pas réussi à la convaincre. Fitz s’en charge personnellement.

Fitz convainc Sally Langston de voter pour le Dream ActIl la menace de ne pas la soutenir lorsqu’elle se présentera à son tour à la Présidence. Or, aucun Vice-président n’a été élu Président sans le soutien de celui qu’il a servi. Il lui demande de jouer collectif et de mettre de côté ses convictions religieuses.

 

- L’affaire Amanda Tanner

Fitz appelle Olivia, qui lui annonce qu'Amanda Tanner est morteFitz appelle Olivia, car il n’a rien compris au message transmis. Elle l’informe de la mort d’Amanda. Fitz, sous le choc, clame son innocence, et Olivia semble le croire. Cependant, pour elle, il a donné trop de liberté à Cyrus, et c’est certainement Cyrus qui a donné l’ordre, mais Fitz est responsable de ce que fait Cyrus.

Fitz confronte Cyrus, et comprend effectivement au peu d’intérêt de son conseiller, qu’il a fait exécuter la jeune femme.

La vidéo de la démission de NixonUn peu plus tard, Cyrus vient trouver Fitz : il a reçu une vidéo de menace, qui ne peut donc pas émaner d’Amanda, et pas non plus d’Olivia. Fitz ne retient que la deuxième partie de la phrase : Olivia n’a rien fait contre lui.
La vidéo montre le discours de Nixon en train de démissionner suite au Watergate. La demande est donc assez claire : Fitz doit quitter le bureau.

Fitz demande à Hal et Tom, ses gardes du corps, comment sortir le plus simplement possible de la Maison Blanche, avec le moins de personnes possible au courant. Il se rend ainsi chez Olivia, qui est aussi surprise de le voir chez elle, que d’apprendre par Stephen que le bébé d’Amanda n’est pas celui du Président.

 

Légende : LIEU-MOMENT | Description  | Personnage : dialogue.

 

***GÉNÉRIQUE***

APPARTEMENT D'OLIVIA POPE - NUIT

Huck, Abby, Quinn et Olivia sont en train de chercher des preuves pour découvrir où a pu disparaître Amanda

 ***Photos d'Abby en train de prendre des empreintes***

 

Olivia (en traversant la pièce) : Il nous faut des réponses, les enfants, le temps presse. On s'active.

Quinn (debout au milieu de la pièce) : Pas de portable, pas de sac à main. Elle s'est enfuie. Vous lui avez dit qu'elle allait passer à la télé, elle a paniqué et elle s'est enfuie.

Olivia s'assit sur le bord de son canapé. Huck regarde par la fenêtre.

Abby (à genou devant son kit) : J'ai rarement vu une scène de crime aussi propre. Pas de serrure fracturée, pas de traces de lutte et pas d'empreintes à part les tiennes et celles d'Amanda.

Quinn : C'est normal puisque c'est pas une scène de crime. Elle s'est enfuie, c'est épi…

Huck (revenu derrière le canapé) : T'es sous surveillance.

Olivia : Quoi ?

Elle se précipite vers la fenêtre, Abby se lève, Quinn se rapproche.

Huck : Tes poubelles sont vides alors que c'est pas le jour de ramassage. Et il y a une berline garée en face. Plaque du gouvernement, vitre teintée.

Olivia : Et Amanda d'après toi ?

Huck : Celui qui a fait ça est monté par l'ascenseur de service, crocheté la porte de derrière, l'a droguée, ligotée et fourrée dans un sac. Ça a dû lui prendre sept minutes maximum. Six si c'est un rapide.

Olivia : Comment tu le sais ?

Huck : C'est ce que j'aurais fait.

Elles sont toutes les trois bouches-bées.

***Photos de vue de Washington la nuit***

 

BUREAU DU PROCUREUR - NUIT

David est en train d'écrire à son bureau, au moment où il relève la tête il voit Olivia rentrer rapidement et se planter devant lui.

David : Mon assistante a l'interdiction formelle de te laisser entrer ici. (Penchant la tête vers la porte) Alyssa, vous êtes virée.

Olivia : Une de mes clientes a disparu.

David : T'as regardé en prison ? Tu les trouves souvent là-bas.

Olivia : Elle s'appelle Amanda Tanner, elle a vint-sept ans. Je l'avais installée dans mon appartement.

David : Depuis quand elle est plus là ?

Olivia : Ça fait cinq ou six heures.

David : Tu appelles ça disparaître, c'est à peine assez long pour prendre une bonne cuite.

 

Le téléphone d'Olivia vibre. Elle regarde le message, fronce les sourcils.

Olivia : Oh c'est pas vrai !

David : Qu'est-ce qu'il se passe ?

Olivia : Je sais bien que je t'en demande beaucoup, mais l'affaire est brûlante. C'est une gentille fille. Elle était sous ma protection. (En se penchant vers lui) Tu peux m'aider à la retrouver ?

David : Je vais voir ce que je peux faire.

Olivia : Merci David.

Elle s'en va, puis se tourne rapidement vers lui

Olivia : Ne renvoie pas Alyssa, je suis entrée pendant qu'elle était au petit coin.

***Photos d'une voiture passant sous un pont, sortant de la ville,
au début du jour**

 

UN TERRAIN VALLONNÉ - NUIT

Quinn descend un talus rejoignant Harrison.

Harrison : T'es en retard.

Quinn : J'arrête pas d'appeler Amanda, mais je tombe direct sur le … 

Harrison : Quand je dis tout le monde sur le pont, …

Quinn : C'est notre cliente et elle a disparu.

Harrison : … ça veut dire tout le monde sur le pont.

Quinn : Mais on devrait faire quelque chose. Il devrait se passer des trucs.

Ils descendent le reste du talus ensemble.

Quinn : Pourquoi on signale pas sa disparition ?

Harrison : C'est pas parce que tu ne vois rien se passer, qu'il ne se passe rien. Il se passe toujours un truc avec Olivia Pope.

Quinn : D'accord, mais là tout de suite, qu'est-ce qui peut bien être plus important qu'Amanda

Harrison (en pointant du doigt devant lui) : Ça !

 

Elle écarquille les yeux et reste bouche bée. Devant elle, s'étend un plateau dans la montagne où est jonché un avion en morceau. Il est noirci par les flammes que les pompiers sur place viennent et sont encore en train d'éteindre. Toute la zone est entourée de ruban jaune.

***GÉNÉRIQUE***

 

MAISON BLANCHE - SALLE DE CONFÉRENCE -JOUR

Le président est sur une estrade devant un pupitre, placé face aux journalistes.

Président Fitzgerald Thomas Grant : J'ai rencontré Paul, il y a dix ans à la conférence des gouverneurs. J'étais extrêmement fier de mon discours, quand Paul m'a pris à part à la fin, je m'attendais à quelque chose du genre : Bravo Fitz, tu m'as ému aux larmes. Et au lieu de ça, pendant dix longues minutes il m'a démontré point par point que mon discours était non seulement truffé d'erreurs et de préjugés, mais aussi le plus inepte qu'un homme politique ait jamais prononcé (rire dans la salle). Le sénateur Sanchez ne ménageait personne parce qu'il prenait son métier à coeur, il pensait qu'on pouvait toujours mieux faire. Il ne cherchait pas à marquer des points, il ne marchandait pas. Je lui suis profondément reconnaissant et je suis profondément triste. Il serait bien sûr le premier à protester si je me tenais devant vous aujourd'hui et que je lui rendais hommage sans mentionner les cent dix-neuf autres victimes du crash de ce matin. Cet accident est une tragédie pour nous tous. Nos pensées vont à tous ceux qui ont perdu un proche sur le vol 684.

 

LOCAUX DE L'AÉROPORT -JOUR

La pièce grouille de bénévoles, d'agent du FBI avec un gilet d'avertissement et de personnes cherchant leur proche. On entend un brouhaha sans fin et les gens circulent dans tous les sens. Harrison et Quinn dans un coin observent.

Dehors dans la cour Olivia s'avance vers un homme et lui serre la main.

L'homme : Mademoiselle Pope ? Nelson O'Shea, syndicat des pilotes de ligne, ravi de vous rencontrer.

Olivia : J'aurais préféré de meilleures circonstances.

Nelson : Oui, c'est tellement triste.

Harrison et Quinn viennent de rejoindre Olivia.

Nelson : On suit la procédure standard d'investigation. Le syndicat vous demande de faire une déclaration en son nom à la presse. Dès que le porte-parole de la compagnie aura fini, vous pourrez pren…

Olivia : Vous l'avez laissé parlé avant nous ?

Nelson : Ah je pensais que ça ne posait pas de problème.

Elle soupire et rentre dans la salle derrière lui, ses gladiateurs la suivent. Se rendant compte qu'il a fait une erreur, il reste penaud avant de se décider à les suivre.

 

LOCAUX DE L'AÉROPORT - SALLE DE CONFÉRENCE -JOUR

On voit Olivia entrer suivie des membres de son équipe et du syndicaliste tandis qu'on entend la déclaration de la compagnie.

Le représentant de la compagnie aérienne : Sky National a déclenché son protocole d'urgence. Nous sommes en contact direct avec la direction fédérale de l'aviation et le bureau national de la sécurité des transports. Le sort des passagers du vol 684 et de leur proche reste bien sûr notre première préoccupation. Nous sommes en mesure d'affirmer que l'appareil n'a jamais posé de problèmes de sécurité.

Olivia : Et voilà, trop tard.

Quinn interroge du regard

Harrison : Ils disent que c'est la faute du pilote.

Quinn : Non, il a juste dit… 

Harrison : Ils ne le disent pas mais c'est tout comme. Et les journalistes avalent leur version sans sourciller.

***Photos de la Maison Blanche***

 

MAISON BLANCHE - COULOIRS - JOURNÉE

Le président, Cyrus et derrière Billy traversent la maison blanche en discutant.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Il faut que je me libère pour les funérailles. Que quelqu'un note l'heure.

Cyrus : On devrait saisir cette occasion pour faire adopter le Dream Act.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Cyrus (faisant s'arrêter les trois hommes) ! Le corps de Paul est encore éparpillé aux quatre coins de la Virginie. Et vous voulez vous servir de lui pour faire passer une loi ?

Cyrus : Oh il y tenait plus que tout. Une voie vers la citoyenneté pour les jeunes immigrés qui font des études. Il serait honoré.

Billy (coupant Cyrus en partie pendant sa dernière phrase) : Oh c'est un sujet qui divise, même au sein de notre parti.

Cyrus : Laissez-moi appeler sa femme. On verra si elle est prête à convaincre les indécis.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Il nous en faut combien ?

Cyrus : Il doit nous manquer quatre ou cinq voix.

Billy : On va se faire traiter d'opportunistes.

Cyrus : Une crise doit toujours être exploitée, monsieur le président.

Président Fitzgerald Thomas Grant (soupirant) : Appelez sa femme.

Il s'en va. Cyrus repart dans la direction opposée. Billy se mord la lèvre et finit par suivre Cyrus.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU - JOURNÉE

 Quinn est au téléphone, un dossier à la main.

Quinn : Elle a servi combien de temps dans la garde aérienne nationale ? Elle pilotait des C141…

***Photos d'une pilote d'avion*** 

Quinn : basé à Dover. D'accord, merci beaucoup.

Elle raccroche. Quelqu'un entre dans le bureau et frappe à la porte ouverte, pour signaler sa présence. Il s'agit de Gideon.

 

Quinn (en se levant) : Tu peux pas débarquer ici, sans prévenir, ça fait pas combien de fois que je te le dis.

Gideon : Amanda Tanner n'est plus là, donc pour moi, il n'y a plus de sujet et pour toi plus de cliente. ALors je ne vois pas ce qui m'empêche de passer te voir sans prévenir.

Quinn : Si Amanda a disparu, et je dis bien si elle a disparu, alors Olivia est sur le coup.

Gideon : Oui, j'ai vu les infos. Elle doit être bien occupée avec le crash.

Quinn : Oui, ben parfois, même si tu vois rien se passer, il se passe pas rien, il se passe des trucs. Et je dis toujours pas qu'elle a disparu.

Gideon : Elle est portée disparue, Quinn.

Quinn : Officiellement ? QUi a prévenu les flics ?

Gideon : Le père d'Amanda.

Elle ouvre la bouche, éberluée.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU DE HUCK - JOURNÉE

 Huck visionne des vidéos, tout en mangeant. Soudain, il remarque quelque chose sur la vidéo, il agrandit et on voit un homme en pleine lumière. Il agrandit encore plus et la tête e l'homme apparaît plus clairement.

 

UN RESTAURANT (TYPE FASTFOOD) - JOURNÉE

L'homme de la vidéo apparaît en train de manger, avec en face de lui, Huck.

L'homme : C'est quoi ton nom, maintenant ?

Huck : Huck, et toi ?

L'homme : Charlie. Huck Finn ? Très drôle.

Huck : Ouais, Charlie, comme Charlie Brown.

Charlie : Je te croyais mort.

Huck : Eh ben non.

Charlie (à la limite de rire) : Huckleberry Finn.

Huck : Te moque pas de mon nom.

Charlie : T'es en mal de contrat ?

Huck : J'ai jamais pris de contrat.

Charlie : C'est lucratif, quand on bosse en free-lance.

Huck : Je suis un agent du gouvernement à la retraite.

Charlie : À la retraite, tu es sûr ? Une fois qu'on sait se servir d'un bistouri, c'est pour la vie. Bistouri… Opération ? Opération secrète !

Huck : T'a jamais su faire une vanne correcte.

Charlie : Qu'est-ce que tu veux ?

Huck : Blonde, un mètre soixante-quatre, quarante-huit kilos, vingt-sept ans. Amanda Tanner.

Charlie (il secoue la tête en faisant une moue) : Non, je vois vraiment pas.

Huck : Tu es devenu négligent avec l'âge. T'as traversé à coté d'un lampadaire, je t'ai choppé sur la vidéo surveillance.

Charlie : Bon, ben tu sais ce qui s'est passé, si tu m'a choppé sur la vidéo.

Huck : Ouais, où est-ce qu'elle est ?

Charlie : Ohh, mais qu'est-ce que c'est que cette question ? Quelle vulgarité ! C'est pas toi, ça ! Tu croyais quoi ? Qu'on allait se faire un petit bruns entre assassin et qu'on se taperait dans le dos ? Tu rigoles, tu cours après les filles disparues maintenant ? Franchement, c'est un gag. Cherche pas, tu trouveras rien. En revanche, si un jour tu as envie de recommencer et de te faire un peu plus que ta petite pension, appelle-moi. Quand on a ton talent, c'est un crime de le gâcher (il se lève). Ah au fait, c'est pas Charlie comme Charlie Brown, c'est comme Manson, Charles Manson. Ça c'est un nom. Huck Finn, pff, ah ah ah. Franchement (il glousse vraiment et s'en va). Bon appétit (à une fille en passant).

 

LOCAUX DE L'AÉROPORT - SALLE D'ÉCOUTE - JOURNÉE

 Plusieurs personnes sont assises à une table dont Olivia Pope, Stephen, Abby et Harrison. Une femme parle en tournant autour de la table.

Une femme : Bienvenue à tous, cette réunion préliminaire rassemble toutes les parties impliquées dans l'accident du vol Sky national 684. Je vais passer l'enregistrement de la boite noire dans son intégralité, sans faire de pause. Je passerai une fois et une seule. Le bureau national de la sécurité des transports interdit tout enregistrement de ce que vous allez entendre. Vous pouvez prendre des notes, mais ces notes ne devront pas sortir de cette pièce. Vous avez des questions ?

Le silence lui répond. Elle tend le bras en appuyant sur le bureau de la télécommande et mettant en route la bande, et s'assied.

 

Une femme : Et voilà, mon cocktail spécial forme

Une deuxième femme : Ça a l'air bon, c'est à quoi ?

La première femme : Cranberry et pamplemousse.

Un homme : Tu as oublié la vodka ?

Rires.

***Défilement de l'écoute - avancement de la bande en accéléré avec photos du monitoring d'enregistrement***

 

Tour de contrôle : … vol 684, vous êtes bon pour maintenir à cinq milles…

Pilote : Ici, Sky national 684, descente de quart à cinq milles

Tour de contrôle :…684, vous avez un Sky call d'aérostream à deux heures quatre NM (nautica miles). Possibilité de turbulences de sillage. Vous allez être secoué.

Copilote : Ici 684, on prend le sillage.

Pilote : Et en effet ça secoue un peu. Attend, je pars en piqué, on part en piqué.

Tour de contrôle :684, je vois un décrochage, quel est votre position ?

Copilote : Le gouvernail à gauche. Lori compense à gauche … à gauche

Tour de contrôle :684, quelle est votre position ?

Copilote : ici 684, mayday

Copilote : Compense à gauche à gauche, mais qu'est-ce que tu fous ? Stop ! Non ! On va toucher !

Arrêt brutal de la bande.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

 Stephen et Abby débattent, comparant ce dont ils se souviennent autour de la table de réunion, pendant qu'Harrison écoute, assis entre les deux. Olivia est debout, face à la fenêtre

Stephen :  Non, il y a eu un grand bang et le commandant a dit 'attend'.

Abby : Non, c'était le copilote.

Stephen : D'accord, mais je me rappelle pas si c'était avant ou après les deux bruits sourds.

Abby : Juste avant. Enfin, je crois. Ou peut-être après, je sais plus.

Olivia se retourne dans sa direction.

Abby : J'aurais du tout écrire sur mon bras, on va pas … 

Harrison : C'était avant. Il y a eu les deux bruits sourds, ensuite un cliquetis long ensuite un cliquetis plus court ensuite trois petits bruits sourd et puis le copilote qui hurle 'compense à gauche, à gauche, qu'est-ce que tu fous, aah on va toucher.

Il s'arrête, les autres le regarde, ébahis.

Harrison : Hum, j'ai de l'oreille.

Olivia sourit en s'approchant lentement.

 

Harrison : Il y a un truc qu'on entend pas pendant les dix dernières secondes. La voix de la pilote.

Abby : Il croise le sillage de l'aérostream et là elle panique. Peut-être qu'elle surcompense.

Stephen : Pour moi, elle est pétrifiée, on entend plus rien.

Olivia : C'est ce que Sky National dira. Si la compagnie arrive à prouver une erreur de pilotage, ils ne perdront pas un cent. Pas de flotte cloué au sol, pas de maintenance en plus. Ils ont tout intérêt à ce que la presse démolisse Lori Mackelson, qu'elle passe pour une petite femmelette émotive qui panique au moindre trou d'air.

 

Une homme entre.

L'homme : Lori avait seize milles heures de vols à son actif, elle a pas paniqué.

Tout le monde se lève.

L'homme : C'était une pilote hors pair, en toute circonstance. Elle a pas paniqué.

Olivia : Est-ce qu'on peut vous aider ?

L'homme : Non, sauf si vous pouvez me ramener ma femme.

Olivia écarquille les yeux.

***Un écran noir passe***

 

On retrouve Olivia et le mari de Lori Mackelson sont assis à la table, Abby circule dans la pièce, collant des photos sur les fenêtres.

Mari de Lori Mackelson : Je demande seulement qu'ils déclarent publiquement qu'elle a rien fait de mal.

Olivia : Je vous promet qu'on fera tout ce qu'on pourra pour blanchir le nom de votre femme.

Mari de Lori Mackelson :Pourquoi vous n'avez rien dit ? Les infos répètent en boucle que l'avion était en bon état. Il suffirait de donner une conférence de presse.

Olivia :Si on se met en position de défense, les poings devant le visage, ça confirmera leur version des faits. Pour contrer leur discours, il faut anticiper. Identifier ce qu'ils vont dire contre Lori et intervenir avant eux, preuve à l'appui. Alors, je vous écoute, Andrew. Quel est le pire secret qu'ils puissent déterrer.

 ***Défilement de photo de Lori en uniforme de militaire***

 

Andrew : Elle ne buvait plus depuis plus de vingt ans. Elle allait encore régulièrement aux réunions.

Abby :Donc elle était alcoolique.

Andrew : Je le dirais pas comme ça.

Olivia :Sky National le dira comme ça.

Elle hoche la tête en direction d'Abbé qui fait d emmêle et sort de la pièce.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE MULTIMÉDIA - JOURNÉE

 Olivia et Harrison écoutent les divers journaux d'informations sur le crash. Apparaissent en bande des messages disant que le pilote était alcoolique.

Une journaliste : D'après nos sources, l'équipage du vol 684, pilote et copilote inclus … 

Un autre journaliste :  … que le règlement interdit formellement la consommation d'alcool  dans les douze heures

Une troisième journaliste : … l'équipe tout entier a violé le règlement stipulant que le personnel …

 

UN BAR - JOURNÉE

 Abby interroge une barmaid sur l'état de l'équipage la veille du vol.

Une serveuse : Ils étaient complètement bourrés.

Abby : L'équipage, mais pas les pilotes ?

Une serveuse : Les deux pilotes et les six navigants, tous bourrés.

Abby : Elle aussi ?

Abby montre une photo de Lori.

 ***Défilement de photo de Lori en uniforme de pilote***

 

Une barmaid : Je lui ai dit j'espère que vous partez pas en vol demain. Elle m'a dit : oh vous inquiétez pas, les avions d'aujourd'hui, ils volent pratiquement tous seuls. Vous vous rendez compte ?

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE MULTIMÉDIA - JOURNÉE

 Olivia et Harrison écoutent les divers journaux d'informations sur le crash. Apparaissent en bande des messages disant que l'appareil ne présentait aucun problème mécanique.

Un journaliste : Selon le constructeur, le MW-85 n'a jamais présenté de défaillance.

Une journaliste : C'est un des avions de ligne les plus performants.

Une journaliste : La qualité de l'appareil est reconnu à l'unanimité.

 

BUREAUX - JOURNÉE

Stephen suit une femme portant des dossiers dans un couloir

Une femme : Ça pourrait me coûter mon boulot.

Stephen : J'ai juste besoin de jeter un coup d'oeil aux rapports de maintenance.

Une femme : Tu m'en demande beaucoup, qu'est-ce que tu m'offres en échange ?

Stephen : Allez. personne le saura … 

Ils entrent dans un bureau.

Une femme : Ce sera notre petit secret. T'es libre ce soir ? Tu pourrais passer me voir ? Vers 8 heures ? Comme ça j'aurais le temps d'aller courir et de prendre une douche.

Son visage se ferme, puis il sourit ennuyé et indécis. Il regarde autour de lui.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE MULTIMÉDIA - JOURNÉE

 Olivia et Harrison écoutent les divers journaux d'informations sur le crash. Apparaissent en bande des messages disant que l'appareil ne présentait aucun problème mécanique.

Un journaliste : Les premiers éléments révélés par la boite noire indique que la tour de contrôle a essayé de communiquer … 

Olivia : J'y crois pas, il y a déjà eu des fuites sur le contenu de la boite noire. Cet enregistrement est la clé. Il nous faut une copie.

Harrison : Je vais voir avec Huck.

Le journaliste : … ont procédé au décrochage de l'appareil et ces indications aient été ignorées par Lori Makelson.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

 Entre Stephen dans le cabinet et arrive d'un pas rapide.

Stephen : J'étais à deux doigts de chopper le rapport de maintenance.

Olivia : Ça a pas marché ?

Il pose son cartable sur une table et enlève sa veste.

Stephen : J'ai perdu mes super-pouvoirs. Je suis fiancé, il y a des outils dont je ne peux plus me servir.

 

Harrison entre derrière lui.

Abby : Quand tu dis outils, tu parles de … 

Olivia : Stop ! Trouve une solution Stephen, il nous faut ce rapport.

 

Il reprend son attaché.

Olivia : Abby ?

Abby : D'après la serveuse, tout le monde a bu ce soir-là. Les six navigants et les deux pilotes.

Olivia : Six ? Sur le manifeste, il n'y en a que cinq.

Harrison : Il y en a un qui aurait raté le vol ?

 

Huck entre dans la pièce avec une bande qu'il tend.

Huck : L'enregistrement de la boite noire.

Harrison : Comment t'a fait ?

Huck : Serveur du bureau des transports. Facile. Je peux te parler (s'adressant à Olivia), Olivia ?

Olivia (à Abby) : Vérifie tous les plannings. Qu'on ait tous les noms des navigants prévus sur le vol .

Abby : D'accord.

Abby s'en va un peu plus loin.

 

Huck (étouffé) : Dans ton bureau… 

Olivia : Trouve-moi tous les équipages en escale à Philadelphie, ce soir-là (à Stephen).

Stephen : D'accord.

Stephen s'en va.

 

Olivia : Où est passé Quinn ?

Abby : Elle est sortie. Où est le manifeste ?

Olivia : Sur mon bureau.

Huck : Elle est morte.

Olivia : Un des membres de l'équipage du vol 684 est vivant, il faut le trouver avant Sky National.

Abby et Stephen sont sur le point de sortir.

 

Huck (il crie) : AMANDA TANNER EST MORTE.

Tout le monde s'arrête et revient lentement dans la pièce, choqué.

Olivia : Tu es sûr de toi ?

Il hoche la tête. Olivia le fixe puis sort de la salle et s'en va du cabinet.

 

EN BAS DANS LA RUE -  MATIN

 Une voiture où se trouvent deux hommes apparaît dans le champ de vue, puis surgit Olivia qui marche rapidement. ELle va jusque la voiture. Frappe des deux mains sur le capot.

Olivia : Baissez la vitre.

Elle frappe sur la vitre. L'homme la fait baisser.

Olivia : Prévenez votre patron. Vous parlez dans votre petite radio et vous dites au président que je sais ce qu'il a fait à cette fille.

L'homme la toise sans répondre.

Olivia : Je sais ce qu'il a fait.

Elle s'en va. Elle semble bouleversée.

 ***Photos de la Maison Blanche***

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - JOUR

Sont réunis, le président, Cyrus, Billy et deux autres personnes.

Cyrus (au téléphone) : Shanker et Holiday sont avec nous, mais il nous manque encore trois voix.

Il raccroche.

Billy : Ce serait plus facile pour la vice-présidente si vous faisiez un effort sur la sécurité des frontières.

Billy : (Soupirs) : Oh non pas ça.

Billy : Ça nous ferait une base de travail.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Allons Billy, ça ne vous réjouirait pas que de jeunes gens brillants, studieux et dynamiques obtiennent la citoyenneté grâce à leur bonne note et leur dur labeur ?

Billy : Bien sûr que si, monsieur le président.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Parfait, alors je compte sur le soutien de la vice-présidente.

La porte s'est ouverte, laissant entrer un homme de la sécurité.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Oui ?

L'homme se penche et murmure quelque chose à l'oreille du président.

 ***Photos de vue de washington***

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

 Entre Olivia dans le cabinet et arrive dans son bureau en écrivant un message sur son téléphone. Elle voit un vieil homme et Quinn penchée.

Olivia : Quinn ?

Quinn se relève et se tourne vers Olivia.

Olivia : Qui est ce monsieur ?

L'homme se lève.

L'homme : Hank Tanner. Je suis le père d'Amanda.

Elle s'avance pour lui serrer la main.

Quinn : Ah je suis passé chez Amanda. Monsieur Tanner était devant la porte.

Olivia fait signe à Monsieur Tanner de s'asseoir avec elle sur le canapé.

Hank : Elle m'a dit qu'elle travaillait pour vous depuis qu'elle était plus à la maison blanche.

Olivia (embarrassée puis hoche la tête) : Oui en effet.

Hank : Je veux pas vous embêter pour rien, mais j'ai eu Amanda au téléphone tous les jours depuis l'hôpital. Et là, tout d'un coup plus de nouvelles. Alors, j'ai décidé de venir pour vérifier que tous allait bien. Sa mère s,inquiète vraiment beaucoup pour elle.

Quinn : Ne vous en faites pas. Ça va aller, on va la retrouver. Je vous le promet.

Olivia se tourne vers elle, les yeux furieux.

Olivia : Monsieur Tanner, un thé vous ferait du bien je crois. Quinn tu viens m'aider à préparer le thé (elle se lève en même temps) pour Monsieur Tanner.

Hank : Merci.

Elles sortent.

 

Dans la cuisinette, Olivia lui parle.

Olivia : Tu lui as fait une promesse. On ne fait jamais de promesse.

Quinn : Mais … 

Olivia : Amanda Tanner est morte.

Quinn : Quoi ?

Olivia : Elle est morte.

Quinn : Comment vous le savez ?

Olivia : On a nos sources. Mais on ne peut rien lui dire, parce qu'on est pas sensé savoir et qu'il y a pas de corps pour le prouver. Alors pour le moment (elle prend une tasse), on va apporter à ce gentil monsieur un bon thé bien chaud et lui dire qu'on fait tout ce qu'on peut pour retrouver sa fille. Et ne fais plus jamais de promesse si tu n'es pas certaine de les tenir.

 

Son téléphone sonne. Elle regarde.

Olivia : Il faut que je décroche.

Elle prend sa tasse et sort de la cuisinette. Quinn reste tremblante. Elle finit par tourner la tête pour regarder Hank Tanner qui attend.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU DE HUCK - JOURNÉE

 Olivia entre dans la pièce et parle au téléphone.

Olivia : La ligne est sécurisée ?

Apparait sur la moitié de l'image le président au téléphone à la maison blanche.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Pourquoi as-tu agressé mes agents ?

Olivia : Tes agent chargés de me surveiller et de m'intimider?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Tu as dit que tu savais ce que j'avais fait. Quoi à qui ? Amanda Tanner ?

Olivia : Fais pas l'imbécile. Il n'y…

Président Fitzgerald Thomas Grant : Dis-moi ce que tu as à me dire ou bien je… 

Olivia : … a pas de guerre propre on est bien d'accord. Mais un meurtre est un meurtre !

Le silence se fait des deux cotés de la ligne.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Amanda est morte ?

Une longue pause se fait.

Olivia : Son père est ici. Un monsieur charmant qui cherche sa fille qui ne lui donne plus de nouvelles. Il réagira comment quand il saura que c'est l'homme qu'il a élu président qui l'a fait assassinée ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je n'ai rien à voir là-dedans. Olivia, tu me connais. Tu sais bien que je ne ferai jamais ça.

Olivia : Je ne sais rien du tout.

Président Fitzgerald Thomas Grant : J'ai confiance en ton instinct. Ton instinct est toujours juste.

Olivia : En ce qui te concerne, j'ai plus d'instinct.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Olivia, si tu me regardais dans les yeux tu saurais. Viens à la maison blanche, il faut qu'on se parle face à face.

Olivia : Les faces à faces, c'est terminé. Cette fille a été assassinée.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je ne l'ai pas fait tuée. Olivia, tu me connais. Rien qu'à l'idée que tu me croies capable de… Tu me connais trop bien.

Olivia : Si c'est pas toi qui l'a fait tuer, tu sais comme moi qui s'en est chargé. Dis-moi que je me trompe.

Le silence tombe.

Olivia : Si on laisse un pitbull se balader sans laisse et qu'il mutile un bébé. C'est pas le pitbull qui est en cause. Tu as laissé Cyrus se balader sans laisse, c'est toi qui est en cause.

Elle raccroche. Après un moment il repose le combiné.

 

DANS UN COULOIR - JOURNÉE

 Abby tambourine à une porte. Celle-ci s'ouvre laissant apparaître une jeune femme blonde.

Abby : Carly Reston ?

Carly : Oui ?

Abby : Vous êtes hôtesse de l'air chez Sky National ?

Carly : Ooh, j'ai appelé hier pour prévenir que j'étais pas bien, ça fait largement plus de six heures à l'avance. Si vous avez pas trouvé de remplaçant, c'est pas de ma faute. (Abby fait une drôle de tête, et elle le remarque) C'est pas la boîte qui vous envoie ?

 

APPARTEMENT DE CARLY - JOURNÉE

 Les deux jeunes femmes sont assises à table en train de discuter.

Carly (le ton monte dans les aigus) : Tout le monde ? Tout l'équipage ?

Abby : Oui.

Carly : Sammy ?

Abby : Tout le monde. Tout l'équipage.

 

Carly essaie de retenir ses larmes, mais est sur le point de pleurer. Abby pousse la boite d émouchoir sur la table dans sa direction.

Abby : Il faut que je sache si votre commandante a bu hier soir pendant votre petite fête ?

Carly : Lori ? Non, pas une goutte. Elle boit jamais, ça fait mille ans qu'elle a arrêté. Elle va aux alcooliques anonymes à chaque escale et elle sort presque jamais avec l'équipage. Si elle est venue avec nous, c'est seulement parce qu'hier soir, c'était mon anniversaire.

Elle éclate en sanglot. Abby repousse la boite de mouchoir dans sa direction.

 ***Photos de vue de Washington***

 

CABINET D'OLIVIA POPE - ENTRÉE ET COULOIR - JOURNÉE

 David poursuit Olivia à travers le Cabinet jusqu'à l'ascenseur.

 

 

David : Tu ne m'a pas dit qu'Amanda Tanner avait bossé à la maison blanche. Tu ne m'as pas dit qu'elle avait tenté de se suicider. En fait tu ne m'as pratiquement rien dit sur la fille que tu m'as supplié de retrouver. Si tu m'envoies en terrain miné, j'aimerais bien le savoir avant de me faire pulvériser.

Olivia : Je suis désolée, mais je ne peux pas t'en dire plus.

David : Tu te rends coupable de rétention d'information et d'entrave à la justice.

Olivia : Je n'ai pas le choix. Désolée.

Elle ferme l'ascenseur.

 

TERRAIN OÙ L'AVION S'EST ÉCRASÉ - JOURNÉE

***Apparition en défilement de photos de l'avion crashé***

 

Andrew et Olivia sont de l'autre coté du ruban jaune en train de regardé la scène.

Andrew : Vous savez à quoi servent les fanions ? les jaunes c'est pour les débris du fuselage. Les rouge pour les restes humains. J'ai entendu des types de l'équipe de secours. Ça leur permet de reconstituer les cadavres.

Olivia : Andrew, vous devriez rentrer maintenant.

Andrew : Pour ma mère on a choisi un cercueil ouvert. Pour mon père on a choisi un cercueil ouvert. C,est comme ça qu'on se dit au revoir. Qu'est-ce que mes enfants verront en se penchant sur le cercueil de Lori ? Un fanion rouge ?

 

SALLE DE CONFÉRENCE - JOURNÉE

 Olivia set face à un groupe de journalistes et caméraman. Derrière elle, des cartes projetées sur diaporama.

Olivia : Je voudrais démentir sans équivoque l'information selon laquelle Lori Mackelson, la pilote avait bu au cours de la soirée précédent le crash. Elle était à jeun. Nous avons un témoin qui en attestera. Je vais vous dire qui était vraiment Lori. Elle était mariée à Andrew Mackelson depuis dix-sept ans. Ils ont eu deux enfants, deux garçons, Carter quinze ans et Jonathan douze ans.

 ***Photos de vue de Washington***

 

CABINET D'OLIVIA POPE - JOURNÉE

 Olivia dépose son sac dans l'entrée et rejoint Huck dans son repère. Il est en train d'écrire. Elle ferme la porte. Il relève la tête.

Olivia : J'aurais voulu ne jamais avoir à te demander de faire ça. Parce que  … c'est pas ton boulot. Enfin ça l'est plus.

Huck : T'as besoin du corps ?

Olivia (Elle se met à marcher vers lui) : Je sais que je t'en demande beaucoup. Et si c'est trop pour toi, si tu veux pas le faire, tu me dis non et on n'en parlera plus. On … on trouvera un autre moyen.

Il respire profondément et bruyamment avant de répondre.

Huck : D'accord, je m'en occupe.

Olivia : Huck, si tu le sens pas ou que ça part en vrille, tu m'appelles, je viendrais te chercher.

Huck : Ça va aller. Je peux le faire. Pas de problème.

Il se lève et s'en va, la laissant perdue.

***Écran noir, une seconde***

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - JOURNÉE

 Le président est assis à son bureau, les pieds reposant dessus alors qu'il lit un rapport. Cyrus rentre par une porte, un paquet de feuilles à la main.

Cyrus : Digrazzo a cédé. Il a fallu lui promettre monts et merveilles, notamment un soutien actif de votre part dans le New Jersey à mi-mandat. Mais il ne nous manque plus que deux voix maintenant.

Président Fitzgerald Thomas Grant (il retire ses pieds du bureau) : Amanda Tanner est morte.

Cyrus (semblant s'en ficher) : Comme c'est triste.

Cyrus cherche quelque chose parmi ses feuilles.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Vous ne me demandez pas comment ?

Cyrus : Non. Je devrais ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Une jeune femme est décédée. Un membre de notre administration.

Cyrus : J'ai dit que c'était triste. Si vous voulez je peux recommencer : 'Comme c'est triste !'. Mettons les drapeau en berne.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Nom de dieu, Cyrus, un peu de respect.

Le président balance son rapport sur son bureau.

 

Cyrus s'éloigne un peu, toujours nonchalant avant de venir se poster juste devant le bureau.

Cyrus : Cent vingts civils américains. Des enfants, des mères, des pères, des amis, des femmes et des maris ont trouvé la mort dans ce crash hier, ça c'est triste. On a perdu un des rares membres méritant et éclairé du Sénat, ça c'est triste. Quatre marines sont morts en Afghanistan, et je ne vous parle même pas de ce qu'il se passe au Soudan, au Congo et dans le nord du Mexique, ça c'est triste. Mais la jeune fille perturbée qui s'était donnée pour mission de démolir notre gouvernement et qui jubilait à l'idée qu'elle portait votre bâtard, cette jeune fille nous a quitté, eh bien excusez-moi de ne pas porter son deuil. Excusez-moi de penser aux millions de gens qu'on va aider, puisqu'on ne risque plus de perdre le pouvoir à cause d'Amanda Tanner. Je suis désolé, monsieur, mais c'est une bonne nouvelle. C'est une bonne nouvelle pour nous, c'est une bonne nouvelle pour le pays et…

Il se retient et s'en va.

 

MAISON BLANCHE - UN COULOIR - JOURNÉE

 Mellie est en train de regarder des images. Le président arrive derrière elle.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Où est passé McKinley ? Je commençais à m'habituer à sa tête d'enterrement chaque matin.

Mellie : Il est en restauration. Sa tête d'enterrement s'effritait. Qui tu préfères ? Madison ou Van Buren ? J'aime bien l'air de sagesse de Van Buren (Elle soupire). Dis-moi ce qui te chiffonne ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je crois que le Dream Act va passer. Cyrus est déchaîné, il le défend bec et ongles. Il a appelé la veuve de Paul.

Mellie : Tant mieux, il faut faire voter cette loi.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Il y a des limites. On est des animaux politiques, mais on n'est pas des bêtes.

Elle se détourne enfin de ses photos et se tourne vers lui.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Parfois, je me dis qu'il est prêt à tout et n'importe quoi.

Elle le fixe puis regarde par dessus son épaule et s'adresse aux deux agents derrière eux.

Mellie : Tom, Hal, vous pouvez venir s'il vous plaît.

Ils s'avancent jusqu'à elle.

Mellie : Tom ?

Tom : Oui, madame ?

Mellie : Vous prendriez une balle pour protéger le président ?

Tom : Oui, madame.

Mellie : Hal ?

Hal : Oui, madame. Bien sûr.

Mellie : Merci, c'est tout.

D'un geste, elle les congédie et ils reculent.

 

Mellie : Tout le monde ici est prêt à faire tout et n'importe quoi pour toi.

Elle lui sourit et il l'a regarde, le visage fermé.

 ***Photos de vue de Washington***

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

 Stephen entre dans la pièce où les autres sont déjà réunis.

Stephen : Ça y est je l'ai.

Olivia : Tu l'as?

Quinn : T'as quoi  ?

Stephen : Le rapport de maintenance

Abby : Comment tu l'as eu ?

Stephen : Je l'ai eu.

Abby : Ben voyons.

Stephen : J'ai épluché les deux cents rapports des inspections faites sur l'avion depuis un an.

 

Tout le monde s'est approché et se bouscule derrière lui pour regarder les rapports.

Stephen : Ce qui nous intéresse, ce sont ces deux-là. Celui-ci date de l'automne dernier … 

 ***Apparition en défilement de photos des rapports en question***

 

Stephen : … il a été signé par un mécano à Phoenix. L'autre a été signé à Philadelphie, il y a une semaine, c'était la dernière inspection avant le crash. Les deux rapports sont nickel.

Quinn : Donc l'avion était impeccable. C'est pas bon pour nous.

Stephen : Ligne quatre, regarde.

 ***Apparition en défilement de photos des rapports en question***

 

Quinn : Bloc de commande.

Stephen : Tu remarques rien ?

Quinn : Il y a une faute d'orthographe mais … 

Stephen : Et là, ligne quatre ?

Abby : Exactement la même faute.

***FIn de l'apparition en défilement de photos des rapports en question***

 

Stephen : Ça peut pas être un hasard. Ils ont été signés par deux mécanos différents, dans deux villes différentes à des mois d'intervalle.

Abby : Celui de Philadelphie est un faux.

Quinn : Quelqu'un a falsifié le dernier rapport de maintenance.

Tout le monde se regarde interdit.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'HARRISON - JOURNÉE

 Harrison est en train d'écoute la bande de la boite noire. En boucle.

 

ESPACE DE STOCKAGE - JOURNÉE

 Huck ouvre une armoire. Il se penche vers une mallette. Il la prend et referme l'armoire.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'HARRISON - JOURNÉE

 Harrison est en train d'écouter la bande de la boite noire. En boucle.

Quinn passe devant lui et va dans le bureau d'Olivia donner une tasse au père d'Amanda.

Hank : Merci.

Retour sur Harrison en train d'écouter la bande de la boite noire. En boucle.

 

APPARTEMENT DE QUELQU'UN  - JOURNÉE

 Huck observe un poisson rouge qui tourne dans son bocal. On entend du bruit, Huck part nous laissant regarder le bocal, tandis qu'on entend des cris étouffés de quelqu'un qui se fait tabasser.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'HARRISON - JOURNÉE

 Harrison est en train d'écoute la bande de la boite noire. En boucle.

 

ATELIER DE MÉCANIQUE - JOURNÉE

 Stephen interroge un homme en bleu de travail. Il lui tend un rapport qu'il prend et observe.

 

Stephen : Pourtant c'est votre signature ?

Mécano : Oui mais c'est pas mon rapport, c'est pas mon écriture.

Il lui tend et Stephen le reprend.

Mécano : Je ne fais jamais de faute.

Il retire son casque pour atténuer le bruit.

Mécano : … j'étais le premier en dictée à l'école.

Stephen : Vous étiez le dernier à inspecter l'avion, vous vous rappelez ce qu'il y avait dans votre rapport ?

Mécano : Hé, je les écris et je les envoie. Je ne suis pas responsable du reste.

Stephen : Attendez. Je ne vous accuse de rien. Je veux juste que vous essayez de vous rappeler. C'est très important.

Mécano : Je vérifierais d'abord le bloc de commande et ensuite les leviers. Il faut pas se louper sinon on risque une déflexion de la gouverne jusqu'au débattement limite. S'il y avait eu le moindre souci avec les leviers de commande, j'aurais recommander d'immobiliser l'avion.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'HARRISON - JOURNÉE

 Harrison est en train d'écoute la bande de la boite noire. En boucle.

 

ATELIER DE MÉCANIQUE - JOURNÉE

Mécano : …Oui il me semble l'avoir recommandé pour un de mes appareils.

Stephen : Attendez, doucement. Je voudrais… je voudrais être sûr de bien comprendre. Vous … vous me dites quoi, là exactement ?

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'HARRISON - JOURNÉE

Harrison est en train d'écoute la bande de la boite noire. En boucle.

 

ATELIER DE MÉCANIQUE - JOURNÉE

Stephen : Vous me dites que… 

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION/CUISINETTE - JOURNÉE

Harrison : Il y a eu un problème technique.

Olivia : Quoi ?

Harrison : Elle a pas paniqué. Elle a réagi tout de suite. Les bruits qu'on entend c'est elle, c'est sa manoeuvre qui a pas marché parce que les commandes ne répondait pas.

Il lève le bras serré, en finissant sa phrase. Les trois filles le regarde fixement et Olivia semble réfléchir.

 

APPARTEMENT DE QUELQU'UN  - JOURNÉE

Huck est debout, surplombant quelqu'un qui pousse des bruits étouffés par un bâillon.

Huck : Je sais, je sais. Débarquez comme ça sans prévenir, c'est d'un vulgaire.

On voit apparaître Charlie, nu, bâillonné avec un morceau de scotch, les jambes et les bras attachés par des attaches d'hôpital impossible à enlever.

Huck : Mais il faut vraiment qu'on parle de ce qui est arrivé à Amanda Tanner. Je t'écoute Charlie.

***Écran noir, une seconde***

 

 CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

Tout le monde est assis dans la salle de réunion. À l'exception d'Abby et d'Harrison. Ce dernier arrête l'enregistrement en se penchant et appuyant sur la table et s'adresse à Andrew le mari de Lori.

 

Harrison : C'est là. Vous entendez ? Les trois bruits sourds, ils sont bien là, croyez-moi.

Olivia : Croyez-le

Harrison : C'est Lori en train d'actionner le palonnier, mais la pédale bouge pas. L'avion veut pas virer à gauche.

Andrew : Pourquoi ?

Stephen : La pièce qui fait bouger le gouvernail à gauche ou à droite était endommagée d'après le mécano.

Harrison : Mettons que vous êtes en voiture, c'est comme si vous vouliez tourner et que le volcan se bloquait.

Stephen : Le mécano a soulevé le problème de levier, mais son rapport s'est volatilisé.

Olivia : Ça va nous servir, Andrew. C'est bon pour nous. Ça veut dire que Lori a fait absolument tout ce qu'elle pouvait pour redresser l'appareil. Ça veut dire que ce n'est pas sa faute.

Andrew : Alors c'est la faute de qui ? Ma femme est morte. cent vingt personnes sont mortes. Le vrai responsable, c'est qui ?

Tout le monde hoche la tête, contrit.

***Photos de la Maison Blanche***

 

MAISON BLANCHE - SALLE DE RÉUNION - JOUR

Sont réunis, le président, Cyrus, Billy et deux autres personnes.Le président est au téléphone.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Nous vous sommes très reconnaissant de nous soutenir. Le sénateur Sanchez le serait aussi. Vous faites honneur à sa mémoire. Nous serons ravi de vous avoir à dîner la semaine prochaine. Oui, c'est cela. Merci, sénateur. Oui, vous aussi.

Il raccroche.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Jankowsky est avec nous.

Tout le monde est fou de joie.

Cyrus (prenant la main de la femme à coté de lui et lui souriant) : Oui ! Bravo à tous.

Cyrus se lève et se dirige vers un tableau blanc où sont compté les sénateurs pour ou contre le Dream Act.

Cyrus (Apportant les modifications sur le tableau blanc) : Ah on y est presque. Tant que Brownhill est coincé chez lui à cause de sa vésicule, on reste à quarante-neuf partout. Et le vote décisif revient à la vice-présidente

Il regarde le président puis Billy, debout.

Billy : Je suis désolé, j'ai réessayé ce matin, mais…

Cyrus : Ne nous faites pas ça. Billy.

Billy : Il nous en faudrait un de plus.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Faites monter votre patronne, ça a assez duré.

Le président sort de la pièce.

 

APPARTEMENT DE CHARLIE  - JOURNÉE

On voit une boite à outil rouge puis Huck qui l'ouvre.

Huck : Je ne voudrais pas que tu croies que je t'en veux. Je t'en veux pas. C'est pas ça, c'est toi qui m'a formé, mais … c'est l'agence qui a fait de… qui m'a transformé, qui m'a tout pris. Et je te parle pas de … je te parle pas de mon nom ou de la famille que tu peux plus jamais revoir. J'étais jeune, je sortais de la fac. Il te font croire que tu vas t'amuser. Et c'est vrai, on s'éclatait, c'était le pied, c'est ça le problème. C'est atroce, c'est immonde, et puis juste au moment où tu te dis que tu n'en peux plus, tu commences à t'éclater. Le gouvernement sait ce qu'il fait, hein ? Il y a un petit déclic, comme un truc qui cède et là, ça y est, tu t'éclates. Tu pars, tu pars complètement et c'est tellement bon. Je veux que tu te rappelles à quel point ça peut être bon. Je veux que tu … je veux que tu penses à ça. Ok ? Moi j'essaie de penser à ça. je suis obligé. Tu comprends, je suis rouillé. Je suis sevré, maintenant. Ça va pas être facile au début, mais je vais m'accrocher. Je vais dépasser l'atroce et l'immonde. Et au bout d'un moment, quelque chose va céder et là, là je vais commencer à m'éclater.

 

Huck a sorti une perceuse et et y met une mèche. Il est tremblant et un peu comme sur le point de pleurer.

Huck : Tu vas voir… Et puis, on sait tout les deux  quel artiste je peux être. On sait aussi que je vais décoller et comme tous les junkies, je vais prendre mon pied le plus longtemps possible. T'es prêt, mon vieil ami ?

 

Il actionne la perceuse plusieurs fois pour vérifier qu'elle tourne bien. Puis il se penche en avant alors que les cris étouffés se font plus nombreux.

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - JOUR

 Une porte s'ouvre laissant apparaître le bureau ovale et la vice présidente Sally Langton attendre dos à la porte. Le président entre, tandis qu'elle se tourne vers lui.

 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Madame la vice Présidente. Merci de vous être libérée aussi vite.

Ils se serrent la main.

Sally : C'est un honneur de prendre part aux festivités. Je sors d'une réunion de prières. Vous savez comme ma communauté aime prier.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Bien entendu.

Sally :  Ma petite Cassidy avait douze ans au moment où j'hésitais à accepter d'être la candidate à la vice-présidence. Et elle m'a dit : Va-y, maman, le gouverneur Grant marche avec le Seigneur. Elle n'avait que douze ans, vous vous rendez compte ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Une enfant précoce, votre Cassidy.

Il tend la main et caresse son avant bras, avant de lui faire signe de s'asseoir.

Président Fitzgerald Thomas Grant : On a réussi, Sally. On a atteint l'égalité au Sénat pour le Dream Act. Et c'est à vous que revient l"honneur du vote décisif.

Sally : Monsieur, j'ai bien peur de ne pas…

Président Fitzgerald Thomas Grant (la coupant) : On a été une équipe formidable, vous et moi pendant la campagne.

Sally : On ne peut pas permettre aux enfants d'immigrés clandestins de profiter de l'abondance américaine. Ça me semble contraire à la volonté divine.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je me rappelle ce meeting dans l'Utah. Vous aviez galvanisé la foule. Dix milles personnes épuisées sous une pluie battante qui se sont déchaînés avec la ferveur d'une immense chorale. J'ai rarement vu un tel tour de force en politique.

Sally : Je ne dis pas qu'il ne faut pas ouvrir certaines portes vers la régularisation.Ça n'est pas exclu.

Président Fitzgerald Thomas Grant (la coupant) : Vous êtes une éminente politicienne et une femme de foi. Je ne vais pas vous faire perdre votre temps en m'acharnant à vous convaincre puisque vous avez déjà longuement réfléchi à la question. Donc alors droit au but. Vous voulez devenir présidente un jour ?

Sally : Monsieur… 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Et peu importe nos différents, ce pays gagnerait à être dirigé par une femme. Mais parmi les quatorze vice-présidents de notre histoire qui ont accédé à la présidence, savez-vous combien y sont parvenus sans avoir l'appui du président qu'ils avaient servi ?

Sally : Aucun, monsieur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : On va faire de grandes choses ensemble, Sally. De grandes choses, et on va commencer en faisant voter le Dream Act.

On frappe à la porte, Ils se lèvent, une femme et Cyrus entrent dans la pièce.

 

Cyrus : Monsieur ?

Sally : Ce sera pour moi un grand honneur.

Elle sort en contournant le sofa, Cyrus rentre davantage dans la pièce et la croise derrière le divan.

Cyrus : Madame.

Elle le salue brièvement de la tête. Elle sort, et la femme qui tenait la porte la referme derrière les deux hommes.

 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Elle a cédé, c'est réglé. Soit le projet passe comme une lettre à la poste, soit je lui arrache ses yeux d'ultra-conservatrice enragée. Je suis de retour. Je reprend les rennes.

Il s'assied. Cyrus pose des dossiers sur son bureau et s'assied sur un fauteuil en face diagonalement. Le président pose ses pied sur la table basse.

 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Cyrus ?

Il claque des doigts pour attirer son attention.

Cyrus : On a reçu une nouvelle lettre. Une lettre de chantage, ce n'est ni Olivia, ni votre jeunette. Olivia n'est pas folle à ce point-là, et Amanda Tanner est morte. Ce qui veut dire qu'il y a quelqu'un d'autre. Que c'est ce quelqu'un d'autre qui a envoyé l'enregistrement, pas Olivia.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Cyrus, dites-moi ce qu'ils veulent.

Cyrus le fixe.

 

APPARTEMENT DE CHARLIE  - JOURNÉE

 Huck est couché à coté de Charlie. Celui-ci tente de se débattre et pousse des cris étouffés.

Huck : Oh, Charlie, C'est tellement beau le bruit que tu fais. C'est vrai qu'ils m'ont tout pris. L'Agence, le gouvernement, ils m'ont tout pris. Quand j'ai commencé à plus pouvoir dormir, à pleurer quand je devais envelopper un mec dans le plastique, ils m'ont mis dans un trou. Un trou où personne veut aller et c'est pas juste une métaphore, ils m'ont vraiment jeté au fond d'un trou. Ils ont … ils m'ont pris ce que j'étais. Ils m'ont tellement pris que je me suis retrouvé à la rue. Je faisais la manche dans le métro quand Olivia m'a trouvé. Maintenant, je suis sevré, mais je fais une exception parce qu'elle me l'a demandé. Je te dis tout ça pour que tu comprennes bien que je lui dois beaucoup et que je peux pas arrêter avant que tu ne m'aies dit où est Amanda Tanner. Tu comprends, Charlie ?

 

Huck se redresse, puis lui arrache son bâillon.

Huck : Dis-moi où elle est.

Charlie répond de manière inintelligible.

Huck : Charlie, j'ai apporté un bistouri. Une lame de dix. Je vais te peler tout doucement, comme une pêche. Tu vas prendre ta retraite au Nouveau-Mexique, c'est une jolie région. Mais avant tu vas me dire où est le cadavre d'Amanda Tanner, d'accord ?

Il regarde son bistouri qu'il tient en main. Charlie dit quelque chose d'incompréhensible.

Huck : D'accord.

***Photos de vue de Washington***

 

BUREAU DU PROCUREUR - NUIT

 David est en train d'écrire à son bureau, on entend une voix dire : 'bureau du procureur, bonjour" et d'autres bruits de bureau. Olivia entre, David la voit s'asseoir.

 

David : Alyssa, cette fois, vous êtes virée.

Olivia soupire.

David : Quoi ?

Olivia : Le pont de la quatorzième rue. Il va te falloir des plongeurs.

Petite pause.

David : Ça va, toi ?

Olivia : Non, c'est pas la joie.

Petite pause.

David : On y va.

Olivia : On y va.

Elle respire.

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - JOUR

 Cyrus et le président regardent sur un ordinateur portable, Nixon en train de faire son discours de démission.

Nixon : Bonsoir, je m'adresse à vous depuis ce bureau pour la trente-septième fois … 

 

SOUS LE PONT DE LA QUATORZIÈME RUE - JOUR

 

David et Olivia se tiennent devant, Quinn  et Huck sont en retrait, tandis qu'on procède à la recherche d'Amanda. On entend toujours en fond le discours de Nixon.

Nixon : j'aurais préféré aller jusqu'au bout de ce que j'ai entrepris. Malgré ce qu'il m'en aurait personnellement coûté.

Un treuil plonge dans le fleuve.

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - JOUR

Vue sur la vidéo et gros plan sur Nixon.

Nixon : C'est pourquoi, je démissionnerai de la présidence demain à midi.

 

SOUS LE PONT DE LA QUATORZIÈME RUE - JOUR

Les recherches se poursuivent toujours.

Nixon : Pour préparer l'avenir, il est essentiel de commencer à panser les blessures de note nation …

Le treuil ressort un corps.

Nixon : de dépasser l'amertume et les désaccords de notre passé récent.

On reconnait Amanda.

Nixon : J'espère avoir accéléré le déclenchement de ce processus de guérison dont l'Amérique a désespérément besoin.

***Écran noir, une seconde***

 

CABINET D'OLIVIA POPE - SALLE DE RÉUNION - JOURNÉE

Un homme discute avec Olivia, assis autour de la table.

 

L'homme : Qu'est-ce que vous êtes en train d'insinuer, mademoiselle Pope ?

Olivia : Je n'insinue pas, je déduis.

On voit assis à la table Stephen, avec une feuille en main.

Olivia : Et je retiens le scénario le plus vraisemblable. Dans mon scénario, le rapport de maintenance vous enjoint à immobiliser tous vos MW-85, ce qui vous coûterait des millions et ferait dur votre clientèle chez la concurrence. Vous avez peur de ce que vos actionnaires vont dire, vous avez peur pour votre poste, c'est compréhensible. Si j'étais PDG, ce rapport serait mon pire cauchemar. Donc le rapport disparaît. Un petit tour de passe-passe sans conséquence jusque cent vingt personnes s'écrasent en rase-campagne.

C'est un accident, pas le résultat d'une magouille quelconque.

Stephen : Elle n'insinue pas, elle déduit.

PDG de Sky National : Quand j'ai fondé cette compagnie, j'avais deux pilotes, un seul appareil et un vieil entrepôt de meuble transformé en hangar. Hier, j'ai perdu sept employés. Le chef de cabine principal, Sammy Tyler faisait partie de mes plus anciennes recrues. Vous pouvez me croire, je veux que la lumière soit faite au moins autant que vous.

Stephen : Alors pourquoi ce rapport a disparu ? pourquoi il a  pas été mis sur le dessus de la pile ?

PDG de Sky National : Je n'en ai aucune idée.

Olivia : Il y a bien quelqu'un qui sait.

 

BUREAUX DE LA SKY NATIONAL - JOURNÉE

Harrison circule entre les bureaux et les boxes. Il arrive à celui qu'il cherche et frappe sur le panneau séparateur. Une femme est assise devant un ordinateur, cernée par les dossiers.

 

Harrison : Phyllis Hayes ? Je m'appelle Harrison Wright. Je suis venu…

Phyllis : Je sais pourquoi vous êtes là, monsieur Wright. Avant, on était deux pour faire ce boulot, je cherche pas d'excuse, mais c'est juste pour dire que les dossiers s'empilent. J'avais un retard énorme sur les rapports de maintenance qui arrivait de partout. J'en avais je sais pas combien à transférer. On se fait virer sur le champ si on les envoie pas à temps au siège. Ma petite dernière joue du piano, elle avait un récital, je voulais pas le rater. La fois d'avant, j'avais pas pu y aller.

 

Pendant tout ce temps elle cherchait un dossier, elle le trouve enfin.

Phyllis : Du coup, j'ai dupliqué un des rapports de maintenance. Je me suis dit que c'était pas un drame. Je pense que c'est ça que vous cherchez, tenez.

Il le prend et l'ouvre.

Phyllis : Je l'entendrais plus jamais jouer sans penser à toutes ces victimes.

Elle met sa main devant la bouche, et réprime les pleurs qui viennent.

Phyllis : Elle joue très bien du piano, ma fille.

Harrison : Je n'en doute pas, Madame Hayes.

Il s'en va.

 

CONFÉRENCE DE LA SKY NATIONAL - JOURNÉE

PDG de Sky National : Je suis venu présenter mes plus sincères condoléances aux familles des victimes du vol 684. Depuis cet après-midi, Sky National coopère entièrement avec le bureau national des transports dans leur enquête. Nous comprenons et acceptons pleinement notre rôle dans cet effroyable accident. Outre mes condoléances, je tiens à présenter mes excuses à tous ceux qui ont perdu des proches dans cette tragédie, aux familles des membres de l'équipage et à celle de la commandante Lori Mackelson qui s'est battue avec courage jusqu'à la fin pour éviter la catastrophe. Merci.

 

Andrew est aux cotés d'Olivia, et est pleinement touché par ses paroles, pleurant.

 

MORGUE - JOURNÉE

La légiste retire le drap, devant Hank Tanner afin de procéder à l'identification.

Hank : C'est Amanda. C'est ma petite fille. (sanglot retenu)

Elle le laisse, l'équipe regarde depuis l'arrière d'une vitre. Abby et Stephen se retire après un moment.

Huck : Elle a pas souffert.

Quinn contient difficilement ses larmes.

Quinn : Qu'est-ce que t'en sais ?

Huck : Je sais ce qu'il faut faire aux gens pour les faire souffrir et elle a pas souffert. C'était une bonne mort. Sans douleur.

Elle expire tout d'un coup et s'en va, laissant Olivia et Huck. Olivia se tourne vers lui et le prend par le bras,

Olivia : Merci.

Huck : Je t"en prie.

 

MAISON BLANCHE - BUREAU OVALE - NUIT

Le président est assis dans un des sofas et lit des feuilles. Il appelle par la porte où on voit apparaître ses gardes du corps.

 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Hal, Tom ? Vous pouvez venir une seconde s'il vous plaît ?

Les deux hommes entrent et se plantent devant lui.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Comment je fais pour sortir d'ici ?

Tom : Monsieur ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Mes correspondants de la maison blanche sont partis ainsi que le staff, comment je fais pour sortir ?

Tom : Euh, je crois pas que euh … c'est pas possible, monsieur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Le numéro quarante et un est jamais sorti boire un verre ? Ni le quarante-trois ? Le quarante-deux au moins. Vous voulez me faire croire que Bill Clinton est jamais sorti ?

Hal: Je ne crois pas que vos prédécesseurs…

Président Fitzgerald Thomas Grant : Kennedy est jamais sorti d'ici en douce ? Vous me prenez pour un idiot ?

Hal : Monsieur, nous ne savons rien.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Bon, d'accord. Mettons que j'ai brusquement envie de sortir. Comment ça se passe ?

Tom : Euh, je devrais avertir notre supérieur direct aux services secrets qui informerait notre directeur ainsi que l'attaché de presse de la maison blanche qui informera les correspondants. Ça ferai cent cinquante personnes plus votre limousine blindée, vos voiture de tête et de fin de convoi, votre ambulance, deux voitures banalisées, les tireurs d'élite et  la garde d'honneur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Non.

 

Il se lève.

Tom : Monsieur ?

Président Fitzgerald Thomas Grant : Bon Si je veux aller quelque part tout seul, pas de service secret, pas de presse, rien du tout.

 

Il s'appuie sur son bureau.

Hal : En théorie, le président des États Unis a le droit de refuser la protection des services secrets, mais euh… 

Président Fitzgerald Thomas Grant : Bon mais quoi ?

Hal : Il faut que ce soit validé par le ministre des finances et inscrit au registre national.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Bon Je suis pas un prisonnier.

Tom et Hal : Non, monsieur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je suis l'homme le plus puissant de la planète.

Tom et Hal : Oui, monsieur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Et je n'ai pas le droit de sortir.

Tom et Hal : Non, monsieur

Président Fitzgerald Thomas Grant : Vous comprenez que je puisse être un peu irrité.

Tom et Hal : Oui, monsieur.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Allez, je suis un grand garçon, …

 

Il prend sa veste sur une chaise.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Je vais sortir, même si je dois descendre au parking du personnel avec vous deux sur mes talons, sauter dans n'importe quelle voiture et partir sans protection, tant pis, je vais sortir.

Il déplie ses manches remontées et reboutonne les poignets pendant son speech.

Président Fitzgerald Thomas Grant : J'aimerais autant être en sécurité et que ça ne coûte pas la moitié du trésor public, mais bon. Sinon, on peut peut-être trouver un compromis ?

Tom et Hal se regardent.

Tom : Parking couvert, deux berlines, un tireur d'élite et votre ambulance.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Parking couvert, une berline, pas de tireur d'élite, pas d'ambulance.

Tom : Parking couvert, une berline, pas de tireur d'élite, votre ambulance plus deux autres agents.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Vendu.

 

Il passe entre les deux hommes et sort. Hal se tourne vers Tom.

Hal : Comme le quarante-trois.

Tom : Hum oui.

Tom se tourne et suit Hal derrière le président.

 

CABINET D'OLIVIA POPE - BUREAU D'OLIVIA - JOURNÉE

David pose un premier verre puis un deuxième sur le bureau devant lequel Olivia est assise et débouche une bouteille d'alcool.

David : Pas de vol d'effets personnels, aucun signe d'agression et elle s'est ouvert les veines, il y a un mois.

 

Il verse le liquide dans les deux verres.

David : Les flics concluent au suicide. Le coroner conclut au suicide.

Il lui tend son verre qu'elle prend.

Olivia : Donc ça va être classé comme suicide.

Elle commence à boire.

David : Ouais.

Il finit sa gorgée.

David : Alors, pour toi qui l'a tuée ?

Elle le fixe, surprise.

David : Oui, à mon avis, tu as une idée assez précise sur la question.

Il va s'asseoir sur le divan en face.

David : Je te laisse une bonne marge de manoeuvre pour plein de choses. Je le fais avec plaisir, parce que, en dépit du bon sens et même si je m'en défends souvent à corps et à cri, je te considère vraiment comme une amie. Mais là, je ne peux pas fermer les yeux. C'est trop énorme. Je suis procureur fédéral, Olivia. Je me bats contre le crime, j'attrape les méchants.

Elle se croise les bras sur la poitrine.

David : Un moment, même avec toi, je dois poser des limites. Il faut que je fasse mon travail. Je suis le shérif.

Olivia : L'étoile de Shérif te va très bien.

 

Ils reprennent leur boisson.

 

MORGUE - NUIT

Lisa, l'amie de Stephen qui travaille à la morgue lit un dossier. Stephen surgit.

Stephen : Lisa, il faut que je voie le rapport d'autopsie le plus vite possible.

Lisa : Je peux déjà te dire que ce sera classé comme suicide.

Stephen (en souriant) : Il me faudra quand-même le rapport.

Elle se rapproche.

Lisa : T'es toujours fiancé ?

Stephen : Oui, mais pas au point d'avoir oublié la chambre froide.

Lisa : Ah ?

Elle sourit.

 

APPARTEMENT DE GIDEON - NUIT

Gideon ouvre la porte, laissant apparaître Quinn.

 

Gideon : Ah salut, je t'ai laissé quinze messages, je suis au courant, c'est atroce. J'arrivais pas à te joindre, je savais pas quoi faire … alors, … alors j'ai fait des toasts au fromage, parce que c'est le seul truc que je sais faire et que c'est réconfortant et puis je me suis dit que tu aurais faim, que tu aurais besoin de… 

Elle renifle.

Gideon : Quinn, ça va ?

Elle secoue la tête pour dire non, il s'avance et la prend dans ses bras. Elle se met à pleurer.

 

APPARTEMENT D'OLIVIA POPE - NUIT

Olivia est assise dans son canapé en train d'écouter les informations.

Journaliste à la télévision : Mike Kants, membre du congrès de l'Indiana accueille favorablement le compromis … 

Le téléphone d'Olivia fait plusieurs bips, elle se penche pour regarder.

Journaliste à la télévision : Tout en émettant des réserves sur le crédit accordé…

Elle décroche et éteint la télévision, on entend des coups à la porte.

Olivia : Oui, attends. (Plus fort) J'arrive toute de suite ! (Reprenant sa conversation au téléphone) Je t'écoute.

Elle va en direction de la porte.

Stephen : Il était pas de lui.

Olivia : Quoi ?

Stephen : J'ai lu le rapport d'autopsie. Le groupe sanguin correspond pas. Amanda Tanner était bien enceinte, mais pas du président.

Elle ouvre alors la porte et découvre Fitzgerald à sa porte.

 

Stephen : Olivia ? Olivia, t'es là ?

Elle raccroche.

Président Fitzgerald Thomas Grant : Salut.

Olivia : Salut.

 

***FIN***

Kikavu ?

Au total, 74 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
29.07.2019 vers 17h

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 22h

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

nonok 
16.05.2019 vers 19h

Casey5102 
06.04.2019 vers 20h

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Joshua Malina, conspirationniste dans The Good Doctor

Joshua Malina, conspirationniste dans The Good Doctor
Joshua Malina va interpréter un patient dans la série The Good Doctor dans l'épisode diffusé lundi...

Joshua Malina parle d'À la maison blanche, à Londres

Joshua Malina parle d'À la maison blanche, à Londres
Joshua Malina et Hrishikesh Hirway, deux acteurs de la série À la maison blanche, vont réaliser leur...

Envoyez un SMS à Kerry Washington !

Envoyez un SMS à Kerry Washington !
Kerry Washington a donné son numéro de téléphone sur Twitter. Elle a déclaré dans une vidéo postée...

Whiskey Cavalier, espionnage et humour dès ce soir sur TF1 !

Whiskey Cavalier, espionnage et humour dès ce soir sur TF1 !
La série Whiskey Cavalier arrive ce soir, samedi 29 juillet, sur TF1. On y retrouve Scott Foley en...

Tony Goldwyn | Sa nouvelle série annulée

Tony Goldwyn | Sa nouvelle série annulée
La série "Chambers ne sera pas de retour pour une deuxième saison". a déclaré Netflix dans un...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

cinto, Avant-hier à 18:49

Un nouveau titre pour Ma sorcière bien aimée? N'hésites pas à voir le sondage , à voter et à commenter. Merci pour votre passage.

cinto, Avant-hier à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, Avant-hier à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Aujourd'hui à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site